J''en viens actuellement à me poser la question, après l'euphorie créée par les textes de 2013 (loi de refondation de l'école et référentiel de compétences) qui donnaient un réel espoir d'une formation pour les élèves à l'information et aux médias, sous la responsabilité notamment du professeur documentaliste.

En effet, d'un côté :

- les professeurs documentalistes sont, dans les établissements, les seuls, ou presque (il y a toujours des exceptions), à connaître l'existence de l'EMI dans les nouveaux programmes et encore plus à avoir lu le texte.

- les professeurs documentalistes sont bien souvent assez seuls à défendre cette EMI de qualité, progressive et pour tous les élèves de l'établissement.

- les professeurs documentalistes sont également les seuls à avoir une formation en information-documentation, à laquelle se rattache la plupart des éléments de l'EMI.

- les professeurs documentalistes sont même conviés en réunion de bassin à proposer une progression pour l'EMI.

D'un autre côté : Rien n'est mis en place pour assurer cette EMI à tous les élèves de France. Pire, on entend ça et là que des IPR-EVS, nos propres inspecteurs, prennent des positions quelque peu étonnantes :

- les professeurs documentalistes ne pouraient pas former un binôme pour les EPI puisque, selon certains, les savoirs de l'EMI ne constituent pas une discipline. Il serait intéressant de définir le terme de "discipline" et donc celui d' "interdisciplinaire".

- les professeurs documentalistes qui avaient des heures d'EMI à l'emploi du temps des élèves ne pourraient plus bénéficier de cette situation puisqu'on ne pourrait pas dépasser les 26h/semaine. J'ai beau lire et relire les textes de la réforme des collèges (arrêté, décret, circulaire), je ne vois pas d'extrait clair qui interdit ce dépassement (la ministre vient d'ailleurs de dire sur France Inter que les classes médias peuvent continuer à exister car les 26h ne concernent que les enseignements obligatoires).

A croire qu'on veuille empêcher les professeurs documentalistes d'enseigner l'EMI ! Comme un collègue m'a dit au sujet des binômes d'EPI, "ça serait dommage de se priver des bonnes volontés !".