La Tribu doc

03 mai 2020

Professeure documentaliste en temps de confinement

Une fois n'est pas coutume, je reprends ma plus belle plume pour rédiger un article sur ce blog que je délaisse.

 

Contrairement à ce que certain.e.s sous-entendent sur les réseaux sociaux et ailleurs, en tant que professeure documentaliste, je suis bien occupée même en confinement.

 

Commençons par la continuité pédagogique à proprement parler :

  • création pour le moment de 3 séances par niveau (cette année j'ai la chance d'être à l'emploi du temps de toutes les classes du collège par quinzaine, situation possible grâce à la petite taille de mon établissement) :

- 6: Internet et le Web : histoire et vocabulaire (inspirée par le travail de @docabord) / 2 séances sur les moteurs de recherche

- 5: les médias d'actualité et le travail des journalistes (inspirée par le travail de @docalabordage) / le circuit de l'information journalistique et les sources / la hiérarchie de l'information via le journal télévisé (séance partagée par un collègue sur un espace commun de professeur.e.s documentalistes de notre ENT académique)

- 4: la circulation de l'information en ligne à travers un cas de cyber-harcèlement (séance de @docalabordage) / le droit sur Internet / le circuit de l'information journalistique et les sources (même séance que pour les 5e)

- 3: fin du travail sur les mystères historiques et les sources bien avancé en présentiel (très peu de retours !) / le fact-checking en temps de Coronavirus / le circuit de l'information journalistique via l'exemple de l'annonce de l'arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès

La conception (certaines séances partent, du moins en partie, de séances déjà faites en présentielle et adaptées pour être faites à distance via l'ENT mais d'autres ont entièrement été créées), le suivi des élèves, la correction, les relances représentent une grosse partie de mon « télétravail ».

  •   appels hebdomadaires des élèves d'une demi classe de 3e pour leur suivi (le.la prof principal.e et son adjoint.e, « statut » créé pour l'occasion, appellent chaque semaine les élèves de sa moitié de classe)
  •   réunions hebdomadaires en classe virtuelle avec l'équipe pédagogique du collège

 

Ensuite la gestion :

  • saisie et équipement des nombreux livres achetés en janvier et février 2020
  • transition en cours de BCDI vers PMB (gros morceau également !)

 

Enfin l'ouverture culturelle :

  • alimentation du fil Twitter du CDI principalement concernant des informations culturelles, la lecture, les médias
  • alimentation avec deux collègues de français de l'espace « 1/4 lecture » de l'ENT
  • lecture des romans de littérature jeunesse embarqués juste avant le confinement

Et en tant que référente culture en charge d'un PEAC conséquent :

  • point sur les projets interrompus du PEAC avec les artistes et les collègues
  • construction du PEAC 2020-2021 pour la demande de subvention : coordination, rédaction, prise de contact avec certains futurs partenaires (autre gros morceau !)

 

+ quelques broutilles associatives et la vie de famille...

 

J'étais partie en confinement avec l'idée également de rattraper mon retard de lecture de littérature professionnelle mais je n'en ai pas encore eu le temps !

Posté par tibouline à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 mars 2017

Guide de survie pour accros aux écrans

9782092559024Guide de survie pour accros aux écrans : ... ou comment garder ton ordi ET tes parents

Serge Tisseron, ilustrations de Jacques Azam

Nathan

2016

Résumé : Quinze situations-problèmes ("Mes parents ne veulent pas que j'ai un ordi dans ma chambre", "J'ai triché sur mon âge pour créer mon profil Facebook", "A quoi ça me sert d'aller à l'école, puisqu'il y a tout sur Internet", "Dans les jeux vidéos, je fais des choses que je ne ferais jamais dans la vraie vie"...) sur le rapport des jeunes aux écrans, les jeux vidéos, Internet, auxquelles l'auteur répond sous forme de quizz, explications, définitions et conseils.

Avis : Ce livre destiné aux plus jeunes (cycle 3 je dirais) traite de questions intéressantes, notamment sur le droit à l'image, les traces numériques, l'e-réputation, la gratuité, les règles imposées par les adultes... En revanche, je suis un peu mitigée sur certaines réponses apportées par Serge Tisseron, peut-être du fait d'une simplification à l'extrême pour les enfants. Enfin, au cours de la lecture, j'ai eu la désagréable impression que ce livre s'adressait essentiellement aux garçons, seraient-ils les seuls concernés par le sujet ?

Posté par tibouline à 17:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 novembre 2016

Vers une nouvelle circulaire ? : une circulaire de missions par les profs docs pour les profs docs

Une nouvelle circulaire de missions des professeurs documentalistes est actuellement en train d'être écrite. Trois réunions du groupe de travail ont déjà eu lieu et deux projets proposés. Des analyses du projet n°2 sont disponibles sur le site de Pascal Duplessis, Les trois couronnes.

L'APDEN a également publié la proposition de "circulaire idéale" ci-dessous :

circulaire_fictive

Bien que la "circulaire idéale" n'existe évidemment pas, celle-ci a le mérite de s'en approcher !

Si j'avais une petite modification à y apporter, ça concernerait la 3e partie où je pense que l'ouverture culturelle des élèves conviendrait mieux que l'ouverture de l'établissement.

Je ne peux que conseiller à tous les professeurs documentalistes engagés dans leur métier d'exprimer leur avis sur ces projets de circulaire !

Posté par tibouline à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2016

Mes mangas préférés pour le collège

La question des mangas à avoir en collège est régulièrement posée sur les réseaux sociaux et les listes de diffusion professionnelles. J'ai eu l'occasion d'acheter quelques mangas pour les club Japon des deux collèges où j'ai travaillé. Le choix des mangas n'est pas toujours évident avec le foisonnement de la production. J'essaie de choisir des séries assez courtes ou terminées ou encore à parution assez lente.

Voici mes coups de coeur pour le collège :

  • Shojo :

Baby-sitter d'Hari Tokeino, chez Glénat. Manga très mignon et sympa qui a tout pour plaire aux plus jeunes collégiens mais pas seulement !

Cat Street de Yoko Kamio, chez Kana. Très beau manga en 8 tomes qui aborde la problématique des enfants déscolarisés notamment. Je le conseillerai à partir de la 5e mais des élèves de 6e peuvent le lire.

Orange d'Ichigo Takano, chez Akata. Très beau manga en 5 volumes sur les regrets, l'amitié et le suicide avec une pointe de fantastique, gros succès dans mon collège. Je le conseille à partir de la 5e.

Le sablier d'Hinako Ashihara, chez Kana. Beau manga en 10 tomes sur le deuil, l'amour et l'adolescence. A conseiller en 4e-3e.

  • Shonen :

A silent voice d'Yoshitoki Oima, chez Ki-Oon. Manga sur le thème du harcèlement et du handicap, très fort, très bien, gros succès dans mon collège. Je le conseille à partir de la 5e. Il a en plus l'avantage d'être fini en 7 tomes.

Barakamon de Satsuki Yoshino, chez Ki-Oon. Histoire d'un jeune calligraphe exilé malgré lui sur une petite île japonaise et qui devient vite l'attraction de tous les enfants du coin. Un de mes coups de coeurs, le 13e volume sort bientôt ! Dès la 6e-5e.

Artelier collection de Yen Hioka, chez Ki-Oon. Manga de fantasy terminé en 13 tomes. Le héros est un jeune tailleur maladroit qui se révèle doté des pouvoirs d'un "masterpiece". A partir de la 5e.

Letter bee d'Hiroyuki Asada, chez Kana. Très beau manga de fantasy terminé en 20 tomes. Il plaît dès la 6e.

Silver spoon d'Hiromu Arakawa (auteure de Fullmetal Alchemist), chez Kurokawa. Un manga bien sympa et humoristique sur l'entrée d'un élève qui ne connaît rien à l'agriculture dans un lycée agricole. Il n'avait pas trouvé son public dans mon ancien collège de centre-ville mais l'a rencontré dans mon nouveau collège de campagne. 13 tomes pour le moment. A partir de la 6e.

  • Seinen :

Une sacrée mamie de Yoshichi Shimada et Saburo Ishikawa, chez Akata. Je n'ai lu pour le moment que les 2 premiers tomes sur les 11 mais je l'avais beaucoup aimé et nous le présentions très régulièrement aux 6e en défi lecture, il rencontrait à chaque fois un gros succès.

Bride stories de Kaoru Mori, chez Ki-Oon. Très beau manga dont l'histoire se déroule dans les clans d'Asie centrale au XIXe siècles, avec une illustration magnifique. Je le conseille à partir de la 4e, un collègue a signalé sur la liste e-doc qu'une scène a lieu dans un harem et donc des femmes nues dans le tome 7 (je n'ai lu que jusqu'au 6 sur les 8 publiés).

Zéro pour l'éternité de Naoki Hyakuto et Soichi Moto, chez Delcourt. Manga en 5 volumes sur les kamikazes de la Seconde guerre mondiale. A conseiller aux 3e.

Autres mangas intéressants : The heroïc legend of Arslan d'Hiromu Arakama chez Kurokawa (à partir de la 5e), L'orchestre des doigts d'Osamu Yamamoto chez Milan (4e-3e), Bakuman de Tsugumi Ohba et Takeshi Obata qu'on ne présente plus (à partir de la 5e), Fruits basket de Natouki Takaya chez Delcourt-Akata (dès la 6e je dirais mais je n'ai pas encore fini de les lire), City Hall de Guillaume Lapeyre et Rémi Guérin chez Ankama (manga français en 7 tomes, à partir de la 5e), La fleur millénaire de Kaneyoshi Izumi chez Kazé (une tentative de viol au début du tome 3 m'embête pour le présenter dès la 6e), Daisy : lycéenne à Fukushima de Reiko Momochi chez Akata (4e-3e, à noter le volume 2 se termine par qq pages très anti-nucléaires).

Posté par tibouline à 19:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

23 mars 2016

Veut-on vraiment que tous les élèves bénéficient d'une éducation aux médias et à l'information ?

J''en viens actuellement à me poser la question, après l'euphorie créée par les textes de 2013 (loi de refondation de l'école et référentiel de compétences) qui donnaient un réel espoir d'une formation pour les élèves à l'information et aux médias, sous la responsabilité notamment du professeur documentaliste.

En effet, d'un côté :

- les professeurs documentalistes sont, dans les établissements, les seuls, ou presque (il y a toujours des exceptions), à connaître l'existence de l'EMI dans les nouveaux programmes et encore plus à avoir lu le texte.

- les professeurs documentalistes sont bien souvent assez seuls à défendre cette EMI de qualité, progressive et pour tous les élèves de l'établissement.

- les professeurs documentalistes sont également les seuls à avoir une formation en information-documentation, à laquelle se rattache la plupart des éléments de l'EMI.

- les professeurs documentalistes sont même conviés en réunion de bassin à proposer une progression pour l'EMI.

D'un autre côté : Rien n'est mis en place pour assurer cette EMI à tous les élèves de France. Pire, on entend ça et là que des IPR-EVS, nos propres inspecteurs, prennent des positions quelque peu étonnantes :

- les professeurs documentalistes ne pouraient pas former un binôme pour les EPI puisque, selon certains, les savoirs de l'EMI ne constituent pas une discipline. Il serait intéressant de définir le terme de "discipline" et donc celui d' "interdisciplinaire".

- les professeurs documentalistes qui avaient des heures d'EMI à l'emploi du temps des élèves ne pourraient plus bénéficier de cette situation puisqu'on ne pourrait pas dépasser les 26h/semaine. J'ai beau lire et relire les textes de la réforme des collèges (arrêté, décret, circulaire), je ne vois pas d'extrait clair qui interdit ce dépassement (la ministre vient d'ailleurs de dire sur France Inter que les classes médias peuvent continuer à exister car les 26h ne concernent que les enseignements obligatoires).

A croire qu'on veuille empêcher les professeurs documentalistes d'enseigner l'EMI ! Comme un collègue m'a dit au sujet des binômes d'EPI, "ça serait dommage de se priver des bonnes volontés !".

Posté par tibouline à 11:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 mars 2016

Le réSEAU des écoles associées à l'UNESCO

Le réseau des écoles associées à l'UNESCO (réSEAU)est un ... Le réSEAU des écoles associées à l'UNESCO kesako ?

C'est la question que je me suis posée quand, nouvellement nommée dans mon collège en juin, mon futur principal m'a annoncé que le collège est associé à l'UNESCO.

J'ai vraiment compris en quoi ça consiste la semaine dernière en participant aux trois jours de séminaire du réSEAU des écoles associées à l'UNESCO à Paris.

Ce réseau existe dans les pays faisant partie de l'UNESCO. La France compte environ 180 écoles associées de tout type : privé/public, école/collège/lycée, lycée français à l'étranger…

Dans ces écoles, « le projet d'établissement favorise l'ouverture à la différence et le sens de l'engagement citoyen, par le biais d'actions éducatives pluridisciplinaires, de préférence à visée internationale. » Ces projets portent sur les thématiques de l'UNESCO : développement durable, paix, dialogue interculturel, droits de l'Homme, solidarité, patrimoine (local, national et mondial)…

La thématique particulièrement mise en avant au séminaire était la citoyenneté mondiale qui est définie comme « un sentiment d'appartenance à une communauté plus large et à une humanité commune, et encourage ainsi un « regard mondial »qui relie l'échelle locale à l'échelle mondiale et l'échelle nationale à l'échelle internationale. Elle est également un moyen de comprendre, d'agir et de se situer par rapport aux autres et à l'environnement dans le temps et dans l'espace […] Dans ce contexte, la vie de chaque individu a des conséquences sur les décisions quotidiennes qui relient l'échelle mondiale à l'échelle locale, et vice versa. » (extrait du guide Education à la citoyenneté mondiale : préparer les apprenants aux défis du XXIe siècle téléchargeable en ligne.

L'éducation à la citoyenneté mondiale met particulièrement en avant l'éducation au développement durable et à la paix.

Je suis rentrée de ce séminaire très riche, pleine d'idées d'échanges avec des écoles associées à l'UNESCO de l'autre bout du monde, de projets...

Par ailleurs, j'ai eu l'occasion de découvrir le musée national de l'histoire de l'immigation, où avait lieu la première journée du séminaire. J'en conseille la visite avec les élèves.

Posté par tibouline à 18:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


 
Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.