Pour la première depuis le début de ma carrière, je ne me suis pas inscrite, dès les premières heures d'ouverture du serveur, à la Semaine de la presse suite à l'appel au boycott du collectif Où est le prof-doc ?. Petite Noisette en explique clairement les raisons sur son blog.

J'ai toujours acheté moi-même les journaux d'un même jour très proche de cette semaine de la presse afin d'être sûre d'avoir tous les titres et une actualité plus fraîche. Par ailleurs, ces dernières années peu de périodiques du kiosque presse mis en place à l'occasion de la SPME intéressaient mes élèves.

Si je décide de ne pas m'inscrire auprès du CLEMI, je prévoirai un budget un peu plus important afin de peut-être acheter quelques périodiques en plus et solliciterai les collègues de mon établissement si certains ont quelques revues ou journaux à mettre à disposition. Car je mettrai quand même en place dans mon établissement une opération autour de la presse durant plusieurs semaines au printemps, avec ou sans l'inscription au CLEMI. La Semaine de la presse reste une occasion pour solliciter les partenariats avec les collègues de discipline afin de monter des séances pédagogiques autour de l'éducation aux médias, bien qu'il semble difficile de se contenter d'une seule semaine...